Les Ponts
  A une époque fort lointaine, les rivières et les ruisseaux étaient traversés à "guéplat", c'est à dire à fond empierré et aux berges à pentes douces. C'est le cas sur le territoire communal de notre rû de BOBE vis-à-vis du Chemin PARE.

    Les ponts à "plancher" avec ou sans balustrade, étaient solides de construction et leur montage était rapide. Notre petit pont près de notre place publique, qui était en bois jusqu'en 1913, correspond à cette description.

   Plusieurs ponts de pierre à une seule voûte existaient sur nos rûs dans la plaine. Ils permettaient d'accéder plus facilement aux terres de cultures.

   Les deux ponts situés sur la route nationale N° 36, le pont du rû d'ANDY et le pont des"Regains" sont de construction solide. Ils datent du tout début de notre siècle. Ils ont remplacé les vieux ponts de pierre, jugés peu sûrs aux nouvelles formes de transport (chariots à chevaux, tramway). Quant à nos deux ponts, de la "Croix des Drapiers" au bout de la rue de la Folie, et près de la mare du village, ils sont de construction très ancienne. Différents écrits des archives départementales laissent supposer que le Duc de Villars, puissant seigneur de la région et de la seigneurie de Saint-Germain-De-Lacist, aurait fait de nombreux aménagements sur ses fiefs(1743). Le mortier de chaux qui a servi à maçonner ces constructions, nous le laisse aussi supposer.

   En 1828, le sieur COLENTE architecte à MELUN, dresse un devis estimatif des travaux à effectuer sur le pont à 3 arches s'élevant à 305francs. Une arche est à demi écroulée, il est question de dégradations causées par la rapidité de l'eau.
  Le 1er Juin 1836 d'après un devis estimatif de construction d'un pont situé proche de la place puis d'une passerelle proche du pont de la "Croix des Drapiers". il comprend six dalles de grès proprement fendues de sept pieds de long sur seize pouces de large, et la maçonnerie des murets et des éléments de protection.
Av__rYPYqrVwr1xbjoiPIDoXax35SnVIeXlt3LYfaqE